Sociologie & discrimination

Sociologie de l'obésité, sur l'obésité, pour l'obésité

(Source : Traité Médecine & Chirurgie de l'obésité - M. Jean-Pierre Poulain - Ed° Lavoisier 2011)

 

La sociologie de l'obésité se met au service de la recherche médicale pour aider à l'identification des facteurs sociaux impliqués dans le développement de cette pathologie. Ce point de vue s'intéresse alors aux caractéristiques sociales et démographiques des individus concernés, à leurs modes de vies, à leurs pratiques alimentaires et à leurs trajectoires sociales. Ce faisant, il participe à l'identification de groupes à risque et met au jour les phénomènes de stigmatisationo dont sont victimes les personnes obèses dans les sociétés modernes.

La sociologie sur l'obésité prend l'évolution des conceptions sociales et savantes de l'obésié pour objet. Si l'obésité est aujourd'hui posée comme une maladie, tel n'a pas toujours été le cas. Que s'est-il passé pour que ce qui a été plus ou moins valorisé soit aujourd'hui lu comme problématique, socialement, mais aussi médicalement ?

La sociologie pour l'obésité s'intéresse aux politiques publiques en matière d'obésité. Face au développement de l'obésité dans les sociétés développées, les autorités sanitaires s'engagent dans des programmes de prévention et de prise en charge, susceptibles de stopper le développement de ce que l'OMS a désigné comme une pandémie.

Représentation individuelle & collective

La représentation individuelle et collective de ce qu'est l'obésité, indépendamment du critère de santé, est diverse selon les références socio-culturelles de chacun et les médecins n'y échappent pas !

 

C'est pourquoi, la prise en charge d'une obésité ne peut être que pluridisciplinaire.

 

L'obésité est un marqueur d'inégalités

Enfants ou adultes, il semblerait que les marqueurs d'obésité se retrouvent généralement dans un contexte similaire : pauvreté et faible niveau d'éducation. En effet, les femmes avec un faible niveau d'éducation seraient en moyenne 2 à 3 fois plus enclines à se trouver en surpoids que leurs homologues à fort niveau d'éducation. un constat qui se lit également à la lumière des différences de sexe, alors que ce facteur n'influe pas sur le poids des hommes. Exception qui confirme la règle : les jommes français moins éduqués auraient 1,6 fois plus de risques de surpoids.

Outre les marqueurs socioéconomiques, les marqueurs ethniques ont aussi une influence quant à la prise de poids.

 

Risques et coûts de l'obésité

En plsu d'être inégalitaire, l'obésité provoque des inégalités. Aux Etats-Unis, les personnes obèses gagnent en moyenne 18 % de moins que les autres. Le taux de femmes au chômage grimpe quant à lui de 10 points dès lors que le facteur obésité est pris en compte.

Dans le milieu professionnel, l'obésité est aussi handicapante pour les entreprises et le système de santé. Aux Etats-Unis, 76 % des personnes obèses ont plus de risques d'être soumis à un régime d'invalidité à court-terme, et dans les pays nordiques, ils sont jusqu'à 3 fois plus nombreux à bénéficier d'une pension d'invalidité.

CNAO

62/64 rue Jean Jaurès

92800 PUTEAUX

 

 

cnao@wanadoo.fr

 

N° d’Agrément national du

Ministère de la santé :
N2015RN0001


Insuffisance pondérale < 18,5
Normal 18,5 - 24,9
Surpoids 25 - 29,9
Obésité Classe I (Modérée) 30 - 34,9
Obésité Classe II (Sévère) 35 - 39,9
Obésité Classe III (Massive) > 40